shutterstock_572526787
BLOG - LOMBALGIE ET PSOAS

Lombalgie et psoas

Aurélie REGNIER, Ostéopathe

La lombalgie est la douleur qui se situe au niveau des vertèbres lombaires.

Ces douleurs peuvent se diviser en 2 catégories : celles qui sont consécutives à une maladie, et celles qui sont dites « communes ».

UNE PROBLEMATIQUE REPANDUE CHEZ LES ADULTES

 On estime que 65% à 75% des adultes souffrent au moins une fois dans leur vie de lombalgie.

Selon les études, 10% à 23% de ces douleurs durent plus de 3 mois.

La lombalgie commune, c’est-à-dire sans lien avec une maladie, guérit sans recours à un médecin dans 90% des cas.

Le psoas est un muscle (décrit ci-dessous) qui est impliqué dans 50% des lombalgies.

 

A QUOI SERVENT LES LOMBAIRES ?

Le lien entre les membres supérieurs et les membres inférieurs du corps

Les lombaires sont un ensemble de 5 vertèbres situées entre les vertèbres dorsales et le sacrum. Elles sont le lien direct entre la cage thoracique avec les membres supérieurs et le bassin avec les membres inférieurs, elles supportent donc à elles seules l’ensemble du poids et des contraintes du haut du corps.

Les lombaires jouent aussi le rôle de pilier

Les lombaires sont aussi un pilier qui permet la fixation des nombreux muscles et structures participant à la respiration, la position statique/au maintien et aux mouvements combinant dynamique et statique. C’est le cas du psoas qui s’insère des vertèbres lombaires pour finir sur la tête fémorale. De plus dans sa partie inférieure, il forme un tendon commun avec le muscle iliaque qui s’insère au niveau de l’aile iliaque. Ainsi le psoas est un muscle essentiel reliant le tronc à la hanche qui participe aux mouvements de flexion de la hanche et du tronc.

 

LA LOMBALGIE : UNE DOULEUR AVEC UN LOURD RETENTISSEMENT

La lombalgie est une douleur gênante et handicapante au quotidien par son impact. En effet, du fait de sa localisation charnière, elle va se manifester à chaque mouvement de la partie haute ou basse du corps, à la marche et même pendant le sommeil.

Il faut dès lors investiguer, les structures loco régionales qui sont généralement mises en cause, c’est-à-dire la sphère abdominale, les articulations et les muscles du tronc et des membres inférieurs.

Le psoas formant le muscle principal de la paroi des lombaires est à vérifier.

En effet, si une personne commence à solliciter ce muscle de manière plus fréquente et plus intensive, ce dernier peut être amené à se fragiliser au niveau de son tendon terminal et à se spasmer au niveau de son corps musculaire, ce qui va provoquer des tensions qui vont retentir sur le long de son trajet jusqu’aux lombaires et amorcer un mécanisme de déséquilibres compensatoires, c’est alors que les douleurs surviennent au niveau des lombaires.

COMMENT LA PREVENIR ?

Les solutions principales sont d’une part l’échauffement des muscles pour les préparer à l’effort et donc éviter ou réduire les courbatures, et d’autres part l’étirement pour rendre de la souplesse aux structures après la sollicitation.

L’échauffement : il faut monter le genou au maximum, il s’agit donc d’une flexion de hanche, qui s’effectuera de plus en plus rapidement par une vingtaine de répétitions.

Ces mouvements peuvent se faire debout ou allonger sur le dos mais en gardant les lombaires bien à plat c’est-à-dire sans creux entre le sol et votre dos.

L’étirement : il faut poser un genou à terre et l’autre jambe est devant vous en formant un angle droit. Avancez légèrement le genou qui est devant et redressez votre dos légèrement vers l’arrière, ainsi votre genou qui est posé par terre va se mettre en tension et les muscles de votre hanche dont le psoas vont être étiré.

Pour augmenter l’étirement, reculez le genou qui est posé par terre.

Références formations gestes et postures