Accueil / Blog prévention - Gestes et postures / Prévention des risques au travail / Gérer l'absentéisme au travail : causes, impact et solutions

Gérer l'absentéisme au travail : causes, impact et solutions

07/09/2023
  • 0
  • 241
Stress au travail

Les chiffres 2023 du Baromètre Absentéisme Malakoff Humanis (réalisé par l’IFOP) sont vertigineux. Avec 50 % des salariés qui ont été en arrêt de travail en 2022, le taux d’absentéisme en France n’a jamais été aussi élevé. Réalisée auprès de 403 chefs d’entreprises ou DRH, 200 médecins traitants et 2.000 salariés, cette étude révèle de nombreuses informations riches d’enseignement.

Quelles sont les causes et les conséquences de ce phénomène qui touche beaucoup de secteurs professionnels ? Quelles sont les solutions possibles ? Focus.

Les causes de l’absentéisme au travail

Étant le premier motif d’arrêt maladie en France, les maladies ordinaires affichent une forte progression en 2023 à raison de 28 % contre 21 % en 2022. Ensuite, le Covid est toujours présent et a été à la cause de 17 % des arrêts maladie de 2023. Puis, les troubles psychologiques (15 %) arrivent à la troisième place du classement des causes d’absentéisme au travail devant les troubles musculo-squelettiques (13 %).

L’étude s’est également portée sur les causes des arrêts longs et le classement change légèrement par rapport à 2022. En effet, les troubles psychologiques arrivent en tête. Avec un taux de 32 %, l’absentéisme au travail causé par des problèmes psychologiques a triplé ces trois dernières années. En France, le taux en question était de 14 % en 2020.

Par ailleurs, notons que les jeunes travailleurs et les managers d’entreprise sont parmi les plus touchés par les arrêts maladies. Une augmentation de 10 points a été enregistrée chez les 18 à 34 ans, dont 52 % ont été arrêtés deux fois ou plus dans l’année. Le taux d’arrêts de travail chez les managers quant à lui, est de 53 %. En plus de leur arrêt de travail et donc de leur absentéisme au travail, les managers doivent aussi gérer celui de leurs collaborateurs.

En tout cas, les salariés ont déclaré que les arrêts en question sont tous en rapport avec le travail. L’environnement de travail entre donc en jeu, de même que les pratiques managériales.

Les conséquences de l’absentéisme au travail ?

L’absentéisme au travail a nombreuses conséquences pour l’entreprise. Avec moins de salariés présents sur site, la productivité et la performance s’affaiblissent évidemment et les retards s’accumulent. La qualité du service proposé au client peut également en souffrir.

Ensuite, l’absentéisme d’un ou de plusieurs salariés affecte le reste de l’équipe et la motivation générale peut en pâtir.

Dans un souci de maintien de la productivité, l’entreprise est contrainte de mettre en place une nouvelle organisation. Cette action implique une nouvelle répartition des tâches, ce qui n’est pas toujours bien accueilli par les salariés. En effet, la redistribution de la charge de travail les oblige à s’adapter à des conditions différentes et cette transition nécessite un suivi pertinent pour être efficace.

Comment lutter contre l’absentéisme au travail ?

Il n’y a pas de fatalité dans l’absentéisme au travail et les entreprises disposent de plusieurs solutions, en fonction des besoins de leurs salariés. Un diagnostic en bonne et due forme doit être établi pour pouvoir mettre en place le plan d’actions adapté.

Dans ce plan d’action, la prévention se présente comme la meilleure solution pour lutter contre l’absentéisme au travail. Améliorer les conditions de travail et la qualité de vie au travail garantit, en effet, le bien-être des salariés, ce qui réduit évidemment les arrêts de travail. Rappelons que 80 % des salariés qui partent en arrêt ont eu des signes avant-coureurs qui auraient pu être pris en charge, en amont.

D’autre part, 60 % des managers déclarent avoir besoin d’une formation spécifique pour une meilleure gestion de l’absentéisme du personnel. D’ailleurs, si les équipes internes ne sont pas habilitées à intervenir, un accompagnement social par un organisme spécialisé externe permet de mieux envisager le problème. Et au retour des salariés, à la fin de leur arrêt de travail, une prise en charge est possible pour leur garantir une reprise dans les meilleures conditions.

En France, l’absentéisme au travail coûte en moyenne 25 milliards d’euros par an et concerne 7 % de la masse salariale. Il s’agit d’un réel problème à gérer et à résoudre.

Il n'y a pas de commentaires pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour recevoir nos derniers articles, abonnez-vous à notre newsletter